1997 Cuba

10 jours à Cuba. Coût (en 1998): 1750 € par personne, dont 850€ pour le vol. Une semaine en voiture de location. Pas de problème particulier. J’ai adoré l’atmosphère très rétro (années 50 à La Havane, voire 19ème siècle comme à Trinitad)  mais ai gardé un très mauvais souvenir du comportement de la population : harcèlement permanent pour toute sorte de propositions (impossible d’avoir la paix, que ce soit en ville ou à la campagne). Il parait que ça a changé. La population semble désabusée, les salaires ridicules (10$ par mois), les boutiques où l’on achète en pesos vides. On peut comprendre leur harcèlement pour obtenir des $ de la part des touristes ! Les routes sont « spéciales » : des camions tirent les bus, beaucoup de gens à cheval, et partout des « auto-stoppeurs » un billet à la main attendant un hypothétique moyen de transport.

Les photos ci-dessous sont des scans de diapos, d’où la qualité médiocre.

Après un vol Paris La Havane, nuit sur place et départ matinal pour Viñales. La ville n’a pas d’intérêt particulier, mais les environs sont superbes : pitons de calcaire couvert de forêts (vallée des Mangotes). Magique le matin quand la vallée est embrumée. Sur la route entre la Havane et Viñales, une très sympathique famille nous a invité à marger, sans aucune contrepartie. Etonant.

Après une 2ème nuit à Viñales, direction La Soroa. Promenade dans les environs (Las Terrazas) : forêt tropicale, plantations de café. Visite d’un jardin botanique.

Le lendemain, longue route vers Cienfuego, où nous passons le réveillon du 24 décembre (langouste) dans un superbe palais gothico-venetio-mauresque ! Cienfuego est pleine de bâtiments kitch, en stuc, ou, dans la presqu’ile à côté, en bois.

Le 25, route vers Trinitad. Cette ville musée, du XIXème siècle, me séduit particulièrement : rues pavées, carrioles conduites par des chevaux, vieilles demeures des riches négociants. Dans les environs, Topes de Collantes (vue sur un camp militaire !), et surtout la vallée San Luis, ancienne plantation intacte : tour de gué, résidences des maîtres et logement des esclaves… Trinitad est encore plus magique la nuit, avec la musique partout, les gens discutant sur le pas de la porte. Gros coup de cœur pour cette ville.

Le 28, route (ennuyeuse) de Trinitad vers Varadero, ghetto touristique (plage, hôtels). Nous repartons vite vers La Havane.

4 jours à La Havane.

Dans cette ville, superbe, cohabitent quelques enclos rénovés, aux façades pastel, aux belles boutiques et des immenses zones complètement ravagées par le manque d’entretien (bien qu’ils s’agissent souvent de superbes résidences, en particulier sur le Malec

on). Le 31, on dine place de la cathédrale (très moyen). Visite de la maison de Hemingway, et Daikiri au Floridito, son bar favori. On fait un rapide AR vers les superbes (mais vides : mauvais temps) plages de Playa del Este

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.