Découverte de Hong-Kong, Macao, Canton

Ma découverte de cette ville date de 1986. A l’époque, j’habitais Bangkok, et la visite de cette métropole trépidante fut un choc: de grands immeubles (il n’y en avait pas à Bangkok à l’époque), des supermarchés avec plein de produits introuvables en Thaïlande (chocolat entre autre), des moyens de transports modernes…et des collègues vivant dans des tours, loin du centre, me faisant penser à la Courneuve. Mais dès cette première visite, cette ville me fascinât : baie sublime, architecture audacieuse, rencontre improbable entre l’orient et l’occident (à cette époque, H-K était une colonie anglaise !), désordre apparent, commerces omniprésents et quête frénétique de la réussite (sociale). De plus, H-K était la porte d’entrée pour la fascinante (à l’époque) Macao et surtout de la Chine, où je passerai 24h.

1er « trip » (1986). Après une arrivée à HK, une courte visite de la ville, on prend le train vers la frontière chinoise. On la traverse sans encombre, mais il est très tard. Un chinois d’outre-mer nous propose de partager un taxi jusqu’à Canton. On y arrive au milieu de la nuit. L’hôtel qu’il avait réservé nous refuse : réservé aux « oversea chineese, pas aux westerners ». On en trouve quand même un qui nous accepte. Le lendemain matin, première découverte de la Chine sortant à peine du communiste pur et dur. Tout le monde en vélo, uniforme d’ouvrier bleu, des slogans partout. Mais il faut vite aller acheter un billet de bateau pour Macao. Après une nuit à descendre la Rivière des Perles dans une grande jonque chinoise, nous voilà à Macao. Les douaniers mettent de la musique de fado (Macao est une colonie portugaise à l’époque). J’ai l’impression d’être dans un film des années 30, ou un roman de Kessel. Inoubliable. A cette époque, Macao, peu visité, était fascinante (maintenant, c’est nul !). Je me souviens en particulier de la visite de la chapelle Saint François Xavier de Coloane : un vieux jésuite, qui avait roulé sa bosse dans toute l’Asie (Chine du temps des Seigneurs de la guerre, Indochine du temps de la guerre…) ouvre un tiroir du presbytère pour nous montrer des os de martyrs chrétiens ramenés du Japon !

Je retournerai 2-3 fois à H-K les mois suivant

2ème et 3ème trip (25 ans plus tard)

En 2011, puis en 2014 avec ma mère, je retourne à H-K. L’ambiance a changé : les fonctionnaires anglais sont partis, la reine ne figure plus sur les timbres et les billets. Mais en fait, la ville n’a pas tant changé que ça. Il y a quelques grands immeubles en plus, un aéroport à Lantau (on ne voit plus les gens dans leur appartement en atterrissant, ce qui était le cas quand les avions se posaient à Kaï Tak). Mais Canton et Macao sont méconnaissables : le charme a disparu. Seule les quelques heures passées dans le Venetian Casino de Macao m’ont impressionnées (et, heureusement, il reste encore quelques bons restos sino-portugais). Plus de bateau entre Macao et Canton (mais il y a toujours une frontière !), les iles de Taipa et Coloane ont fusionnées, et surtout la cité est devenue un gigantesque parc d’attraction pour chinois (du continent) en mal d’exotisme (un peu comme Monaco pour nous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.