Potosi et Sucre 2018

Après les merveilleux grands espaces du Sud Lipez et du Salar de Uyuni, c’est parti pour les superbes villes coloniales de Potosi et Sucre. Ces deux villes sont des merveilles d’architecture, Sucre étant plus touristique, plus agréable que Potosi

1 Potosi

Arrivé à midi à Uyuni, je prends dans la foulée un bus vers Potosi, par une belle route goudronnée de montagne.

Potosi est une superbe ville coloniale (églises baroques, balcons, et bien sûr la casa de Moneda). Ces visites sont parfois émouvants quand on pense à la souffrance des indiens utilisés pour extraire l’argent du Cero Rico. A 4100 m, au milieu d’un trafic automobile intense et la forte pollution des bus chinois, la visite de la ville est pénible. Je en reste qu’une demi journée, et prend en milieu d’après-midi un colectivo pour Sucre.

2 Sucre

Coup de cœur pour cette ancienne capitale de la Bolivie : aucun bâtiment moderne ne vient rompre l’unité architecturale. Les rues sont bordées de palais et d’églises baroques, les maisons sont toutes blanches. J’enchaine pendant 3 jours les visites : musées (des pierres précieuses, de la constitution, de l’art, du folklore…), églises et couvents. La sympathique guest house Casa Verde, les bons restaurants rendent le séjour encore plus agréable. Tous les touristes rencontrés adorent cette ville coloniale, sûrement une des plus belles d’Amérique du Sud (avec Cuzco, Sucre, Carthagène et bien sûr les villes brésiliennes). Plusieurs manifestations  (enfants contre les violences, indiens, militaires pour soutenir les revendications territoriales au Chili) Les boliviens aiment manifester !

3 Tarabuco

Le 4ème  jour, direction le marché de Tarabuco, (à 1h de minibus de Sucre) voir le célèbre marché dominical). Un peu spécial lors de ma visite en raison d’un rallye auto. Les indiens ont mis leurs plus beaux habits pour venir faire leurs courses, aller écouter les prédicateurs. Peu d’objets pour touristes, pas d’animaux mais ambiance très locale. J’adore, ce qui n’est pas le cas des touristes français rencontrés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.